De la Faculté de Théologie Protestante de Yaoundé à l’Université Protestante d’Afrique Centrale : Gouvernance et vision future
Featured

07 January 2021
Author 

En 2006, le Conseil d’Administration, au cours de sa session de Juillet a fait du vieux rêve des fondateurs de la FTPY de 1959 une réalité en créant une Université Protestante d’Afrique Centrale avec quatre (04) Facultés sur le Campus de Yaoundé au Cameroun et avec la possibilité d’ouvrir d’autres Campus en RCA, au Gabon et au Congo Brazzaville.

Avec la pression démographique et la forte demande en formation universitaire de qualité dans les deux sous-régions, il avait aussi été décidé de créer en même temps une université sœur pour l’Afrique de l’Ouest. D’où la transformation de la Faculté de Théologie Protestante du Benin en Université Protestante d’Afrique de l’Ouest à Porto Novo.

Ainsi en plus de la Faculté de Théologie Protestante de Yaoundé, les 14 Eglises ont opté pour la création de trois nouvelles Facultés pour rendre effective l’Université Protestante d’Afrique Centrale.  Il s’agit de :

La Faculté des Sciences Sociales (2007) devenue Faculté des Sciences Sociales et des Relations Internationales (2009)

La Faculté des Technologies de l’Information et de la Communication (2009)

  • La Faculté des Sciences de la Santé (2014)

Pour une formation de qualité, et pour un bon ratio enseignant/enseignés, l’Université Protestante d’Afrique Centrale adopte une politique de recrutement des étudiants par voie de concours et avec un numerus clausus (recrutement d’un nombre limité d’étudiants par cycle et par niveau). A la tête de chaque Faculté se trouve un Doyen conformément aux us et traditions universitaires de part le monde.

Il faut cependant dire qu’au moment de l’autorisation des nouvelles facultés, la vocation régionale de l’Université Protestante d’Afrique Centrale, a été paradoxalement réduite à l’Institut Universitaire Protestant de Yaoundé. C’est le défi qu’il faut relever par un retour à l’orthodoxie car l’Université Protestante d’Afrique Centrale va au-delà du Cameroun.

A ce jour, le Conseil d’Administration a doté cette institution universitaire de nouveaux textes règlementaires pour lui assurer un fonctionnement qui respecte la gouvernance universitaire dans ses trois aspects : académique, administratif et financier. Nous avons les Statuts rédigés en 1959 et 1961, modifiés en 1970, 1985, 1992, 2007 et en 2012 ; le Manuel des procédures administratives et financières en 2010 ; la Charte du Comité Scientifique et pédagogique pour étude des dossiers des recrutements et de changement de grade académique avant soumission aux différentes tutelles pour approbation et transmission au CCIU (Comité Consultatif Interuniversitaire) du MINESUP.

En outre deux Chartes des deux Ecoles Doctorales en 1985 et en 2012 ; le Code Ethique règlementant la discipline sur le campus en 2014 et les autres documents.

DES ORGANES DE GOUVERNANCE DE L’UPAC

Des organes de gouvernance administrative

Quatre organes œuvrent pour la gouvernance administrative de l’Université Protestante d’Afrique Centrale.

En premier lieu, le Conseil d’Administration. Il est composé des 14 Chefs d’Eglises Protestantes d’Afrique Centrale et de l’Ouest ; d’un représentant du MINESUP ; d’un représentant des Partenaires ; de trois Experts universitaires ; du Recteur ; des Vice Recteurs ; du Secrétaire Général ; des Doyens des Facultés et du président de l’association des étudiants.

Ensuite le Comité de Gestion qui est constitué du Recteur et Vice-Recteurs ; du Secrétaire Général ; des Doyens des facultés ; du DAF ; du Bibliothécaire Principal ; de deux Représentants du CA et le président de l’association des étudiants.

Vient en troisième lieu, l’Autorité de l’Université dont les membres sont tous nommés par le Conseil d’Administration pour un mandat de 05 ans renouvelable une seule fois, et est ainsi constitué : Le Recteur, les Vice-Recteurs, le Secrétaire Général, les Doyens des Facultés, les Secrétaires Académiques (Vice-Doyens chargés des affaires académiques).

Et enfin, l

’Association des Etudiants dont le Président ou la Présidente et les membres de son bureau sont élus par les étudiants pour un mandat d’un an.

Des organes de gouvernance académique

Pour la bonne gouvernance académique, cinq organes travaillent en étroite collaboration pour le succès de l’UPAC

Nous avons le Conseil de l’Université, constitué du Recteur, du Secrétaire Général, des Doyens, des Secrétaires Académiques et de tous les enseignants permanents, de deux experts, des représentants des tutelles et du président de l’association des étudiants.

Les Conseils des Facultés regroupent au niveau de chaque Faculté, les Doyens, le Secrétaire Académique, tous les enseignants permanents et quelques enseignants associés de l’université de tutelle.

Quant aux Conseils des Départements, ils regroupent au niveau de chaque département, le Chef de département, tous les enseignants permanents et quelques enseignants associés de l’université de tutelle.

L’UPAC pour ses recherches dispose des Instituts, des Laboratoires et des Centres de Recherche. Actuellement, on dispose de deux structures opérationnelles que sont l’AIPCD (African Institute for Peace Communication and Development) et le CIIRE (Centre Interreligieux et Interdisciplinaire de Recherches en Ethique).

Et enfin, la Bibliothèque Centrale et les bibliothèques spécialisées dans les facultés y compris la bibliothèque.

Des organes de gouvernance financière :

Comme dans toute institution qui se respecte et de surcroit une institution confessionnelle, un sérieux est mis pour sa gestion financière, ainsi, nous avons le Directeur des Affaires Financières (DAF) qui a la troisième signature sur tous les comptes bancaires de l’institution (UPAC). Une Caisse centrale pour la gestion de toute l’Université avec des Caisses des facultés pour la gestion quotidienne de ces facultés.

Annuellement un Budget global est consolidé et est constitué des budgets de l’Administration centrale ; des Facultés et de la Bibliothèque. Avec un audit externe annuel pour tous les comptes de l’UPAC.

Des partenaires académiques

Comme toute Université, l’Université Protestante d’Afrique Centrale bénéficie d’un important réseau de partenaires académiques et financiers sur les plans national et international.

Pour assurer une formation de qualité à ses étudiants, l’UPAC est en coopération académique permanente, en termes de mobilité académique des enseignants et des étudiants, avec les institutions universitaires suivantes :

Au niveau de la Faculté de Théologie Protestante et des Sciences Religieuses (FTPSR), il y a l’Université de Genève, l’Université de Lausanne en Suissel’Université de Strasbourg en France, la Faculté Libre de Théologie de Montpellier en France, la Faculté Libre de Théologie de Paris en France, la Faculté de Théologie de Neuchâtel en Suisse

Pour la Faculté des Technologies de l’Information et de la Communication (FTIC), Université de Yaoundé I au Cameroun (Polytechnique) et l’UQAM au Canada

La Faculté des Sciences Sociales et des Relations Internationales coopère avec l’Université de Yaoundé II (IRIC/ESTIC) ; l’Université Evangélique en Afrique à Bukavu en RDC (FSSRC) ; Johan Wolfgang von Goethe Universität à FFM en RFA (HSFK) ; Protestant Institute for Arts and Social Sciences à Butaré au Rwanda (DPS)…

Et enfin, au niveau de la Faculté des Sciences de la Santé (FSS), avec l’Université de Douala au Cameroun (FMSP) ; l’UBAM au Cameroun (FHS).

Et toutes ces facultés ont un lien étroit de collaboration avec le Réseau des Universités Protestantes d’Afrique (RUPA) dont le siège est à Yaoundé, les met en relation avec les Universités protestantes des pays suivants : RDC, Burundi, Rwanda, Kenya, Benin… membre de ce réseau.

Des partenaires financiers de l’UPAC

En plus des droits universitaires, l’UPAC bénéficie des apports financiers des Eglises Membres et des partenaires financiers suivants : les 14 Eglises Membres (de l’Afrique Centrale et de l’Ouest) ; EMW – Hamburg en RFA ; Cévaa (Montpellier en France) ; Mission 21 Basel (Suisse) ; WCO-MC (London UK) ; ICCO (Utrecht Nederland) ; PC (USA) ; Brot für die Welt (Pain Pour le Monde) à Berlin en RFA.

Au regard de la qualité des membres fondateurs (14 Eglises Protestantes), on comprend que, de par sa nature, son organisation et son fonctionnement, l’Université Protestante d’Afrique Centrale n’est pas la propriété d’une seule Eglise o d’un seul pays encore moins d’un seul individu comme cela est le cas des structures privées de formation qui ont pour promoteur des personnes privées.

VISION FUTURISTE DE L’UPAC

Les 14 Eglises membres du Conseil d’Administration ont recommandé aux administrateurs de l’institution de suivre scrupuleusement les orientations de gouvernance académique en vigueur édictées par le Ministère de tutelle. C’est dans cette perspective que la promotion en grade académique des enseignants laïcs se fait à travers le CCIU du MINESUP et l’institution participe à presque tous les événements organisés par le MINESUP. Le dernier cas en date est la brillante participation de l’Université Protestante d’Afrique Centrale à la 20éme édition des jeux universitaires à Bemanda, où l’UPAC a eu le deuxième des 11 Grands Prix d’Excellence académique du Président de la République dans la rubrique Numérique Universitaire et Innovation technologique.

Pour la vulgarisation des produits des recherches menées par les enseignants et les étudiants, l’UPAC a créé Les Presses des Universités Protestantes d’Afrique qui est une maison d’édition avec ISBN et qui compte à son actif de publication aujourd’hui de plus 05 livres et 03 revues sur les problématiques actuelles liées au développement du Cameroun et du continent africain.

Nantie donc de la longue expérience dans la formation universitaire et la recherche héritée de la Faculté de Théologie Protestante de Yaoundé depuis 1959 et auréolée par le fort taux d’insertion professionnelle et par la haute qualité scientifique des étudiants formés dans les trois facultés classiques dans les filières accordées par le MINESUP depuis 2006, l’Université Protestante d’Afrique Centrale pense avoir mérité la confiance en elle placée par le gouvernement de la République du Cameroun et réuni en même temps plusieurs atouts historiques et de gouvernance universitaire pour avoir non seulement l’agrément de ses programmes, mais surtout l’homologation de l’ Institution auprès du Ministère de tutelle qui est le MINESUP.

Une réponse favorable serait pour l’UPAC dans la perspective théologale ne serait que justice faite à l’histoire du Cameroun comme étant la mère des Universités du Cameroun.

692 Views
We use cookies to improve our website. Cookies used for the essential operation of this site have already been set. For more information visit our Cookie policy. I accept cookies from this site. Agree